Comment se préparer à une longue traversée ?

Par Juliette

Et si le plus compliqué dans une longue traversée était de se lancer ? On s’est tous imaginé un jour sur un voilier partir à l’aventure, mais très peu d’entre nous ont osé partir. Vous aussi vous avez toujours rêvé de traverser la Manche, de naviguer vers les Baléares ou de faire une transatlantique, mais vous n’avez jamais osé commencer l’aventure ? 

Ce guide vous aidera à vous préparer pour réaliser votre rêve et vous expliquera point par point ce qu’il faut préparer avant votre départ pour partir sereinement. Il est vrai que se lancer dans une transat ou une navigation hauturière peut paraître effrayant, mais si vous êtes bien préparé, vous pourrez profiter de votre navigation sans angoisser.

Ne laissez pas passer l’occasion et commencez dès maintenant à préparer votre aventure !

Planifier son voyage 

Ça y est, vous avez décidé de vous lancer dans une grande traversée. Pour s’assurer que votre aventure maritime en zone hauturière se passe bien, il y a plusieurs étapes dans le processus de préparation.

Si vous vous élancez en Atlantique, cet article vous permettra d’en savoir plus sur les vents et courants à prendre en compte.

Il faut bien évidemment commercer par décider de votre point d’arrivée, même approximatif. Une fois votre destination choisie, vous allez pouvoir planifier votre route. Pour vous faciliter la traversée, déterminez où vous allez passer et évitez ainsi de vous retrouver dans des zones à éviter, soit en raison de courants trop violents, soit parce que les conditions climatiques y rendent la navigation difficile, soit parce que la navigation y est interdite ou réglementée (DST ou “rails” par exemple). Enfin, anticipez également les éventuelles formalités à accomplir au départ et à l’arrivée.

Avant de partir, enfin, assurez-vous que la météo soit clémente. Si vous partez avec une météo défavorable, vous risquez de ne pas profiter de votre voyage. Vous pourriez vous mettre en danger vous et votre équipage.

Le choix de l’équipage 

Il peut être intéressant pour vous, si c’est votre première navigation hauturière, d’avoir plusieurs personnes à bord qui ont déjà de l’expérience lors de grandes traversées. Ces membres d’équipage pourront vous aider dans votre prise de décisions et dans la gestion des risques au large. De plus, avoir plusieurs personnes qui ont de l’expérience peut être un véritable atout. Surtout si l’un d’entre vous se retrouve dans l’incapacité de vous aider sur le moment.

Ensuite, choisissez de façon attentive votre équipage, car la vie à bord lors d’une longue traversée est importante pour une bonne cohésion. Il est préférable d’avoir avec soi des personnes qu’on apprécie et avec qui on sait cohabiter pour éviter tout problème supplémentaire lors de l’expédition. Il ne s’agit pas qu’une personne souhaite quitter l’aventure au bout d’une journée ou en cours de route, car cela ne sera pas possible.

La préparation du bateau 

La balise de détresse est devenue un incontournable de la navigation hauturière.

Avant de partir naviguer au grand large, il est important de préparer votre bateau. En anticipation d’une longue traversée en voilier, il faut vérifier le gréement. Faites également réviser les voiles, afin qu’elles soient en bon état. Assurez-vous de la bonne étanchéité de la coque et du pont, et idéalement faites un bon carénage qui vous permettra aussi de contrôler l’état de la barre et du gouvernail. On vérifiera enfin le circuit électrique et le bon fonctionnement du moteur. Faire un entretien complet à votre bateau pourra vous aider à éviter certains problèmes pendant que vous naviguez. Si vous préférez, vous pouvez demander à un professionnel de vérifier votre bateau avant de partir.

Enfin, pensez à emporter des pièces de rechange. Identifiez tous les appareils vitaux de votre voilier, pour savoir quels éléments nécessitent une pièce de rechange. Pour ce qui est du matériel électronique vous pouvez prévoir une redondance comme un GPS ou une VHF de secours. On ne sait jamais, une défaillance est vite arrivée.

Préparer son équipement

Pour partir dans cette aventure, il y a des équipements nécessaires à une grande traversée en voilier. Un GPS vous permettra d’effectuer votre navigation et d’ajuster votre route au besoin. Il est désormais abordable d’emporter une balise personnelle pour pouvoir vous localiser si jamais vous passiez par-dessus bord et un téléphone satellitaire pour communiquer.

N’oubliez pas de bien enregistrer votre poste de radio et vos balises de survie auprès de l’Agence Nationale des Fréquences.

Il y a aussi des équipements d’armement qui sont nécessaires à la survie. En cas de problème, vous pouvez avoir besoin de fusée de détresse et d’un radeau de survie. Il peut aussi être utile de prendre un bidon de survie dans lequel vous pourrez mettre du matériel, de la nourriture ou encore des piles en plus pour les lampes torches et le GPS. Vous pouvez aussi prévoir un jerrycan rempli d’eau douce que vous pourrez attacher au radeau en cas d’évacuation. Remplissez-le à 80%, et l’air restant lui permettra de flotter. 

Pour éviter de perdre votre équipement ou bien vos pièces de rechange, il peut être utile de les attacher. Sur l’eau les objets ont vite fait de bouger.

Vos contacts à terre 

Avant de partir, choisissez un référent à terre qui connaîtra vos intentions : votre itinéraire, vos dates et heures présumées d’arrivée. Il est mieux que cette personne connaisse les possibles aléas de la voile pour éviter qu’elle ne s’inquiète pas et ne contacte pas les secours sans inquiétude légitime. Mais il faut penser à lui donner un délai à partir duquel il peut contacter les secours si vous n’êtes toujours pas arrivé à bon port. Avoir un référent à terre sera un véritable plus pour votre sécurité lors de votre navigation au grand large.

Vous pouvez aussi avoir un contact pour suivre la météo. Si celle-ci devient changeante, vous pourrez vous préparer et peut-être moduler votre route en fonction de ce que votre contact vous annonce. Cette personne, qui vous tient au courant de la météo, peut être la même personne que votre référent à terre, ou un routeur professionnel. 

Enfin, vous pouvez aussi avertir le CROSS de votre longue traversée, de votre itinéraire prévu, de vos intentions en route, et de vos délais d’arrivée. C’est une sécurité supplémentaire, qui peut s’avérer utile en cas de problème si vous deviez déclencher les secours. En effet, le CROSS disposera alors de tous les renseignements vous concernant, ce qui accélérera l’intervention.

L’avitaillement et la gestion des déchets

L’avitaillement avant le départ : ne pas hésiter à se faire livrer si c’est possible.

Enfin, à l’approche du départ, prévoyez l’avitaillement nécessaire pour une traversée plus longue que prévu. En cas de fortune de mer, il ne s’agit pas de devoir se rationner en plus ! Prévoyez une alimentation variée et adaptée à la zone de navigation. Pour autant, sachez que les produits frais ne tiennent pas longtemps à la mer. Stockez les fruits et légumes à l’abri de l’humidité et protégez-les des chocs.

Enfin, vous pouvez déjà commencer la gestion des déchets avant votre départ. Un bon choix est de se débarrasser des surplus comme les suremballages pour en avoir le moins à gérer par la suite. Une fois au large, vous ne pourrez jeter à la mer que ce qui est organique. Vous devrez déjà gérer en mer votre consommation d’eau et veiller à l’électricité. Alors si vous pouvez vous retirer un poids sur la gestion des déchets, n’hésitez pas !

Alors, prêt(e) à partir ? 

Vous allez pouvoir vous préparer sereinement à votre grande aventure. Prenez d’abord le temps de choisir votre destination, votre itinéraire, votre période de départ selon la saison. Ensuite, choisissez avec soin votre équipage. Vous allez vivre ensemble plusieurs jours et vous pouvez avoir besoin de personnes expérimentées. Mais ne négligez pas pour autant la préparation de votre bateau. Plus vous aurez vérifié et entretenu votre voilier avant le départ, moins vous risquez d’avoir de problème. N’oubliez pas de préparer vos équipements et votre armement. Et pour finir prévoyez des contacts à terre qui connaissent votre voyage et qui pourront vous prévenir si la météo vient à changer. Voilà, vous êtes prêt à vous élancer pour votre longue traversée. A vous les Antilles, l’Irlande ou la Mer Egée !